Nos meilleurs conseils pour assurer la sauvegarde de vos données

Nos meilleurs conseils pour assurer la sauvegarde de vos données.

 

Conseil #1 : ne pas tout conserver sur son ordinateur

Le matériel informatique tend à devenir de plus en plus fiable, tout en offrant des performances toujours plus accrues et des modalités de protection toujours plus puissantes. Des garanties permettent également d’assurer une plus longue longévité au matériel et des entreprises se sont même spécialisées dans la récupération de données sur disque dur. Malgré tout, vous n’êtes pas à l’abri d’une erreur humaine (mauvaise manipulation, casse…) ou matérielle, qui pourrait entraîner une perte de données et de temps précieux.

 

Conseil #2 : ne pas miser sur le tout local

Fini le temps des sauvegardes « à l’ancienne » sur supports physiques (CD / DVD, clef USB ou disque Disque Dur Externe), le serveur est aujourd’hui un incontournable ! Cependant, et nous en parlerons dans notre article « Pourquoi le backup de vos données est-il si stratégique ?« , choisir de faire reposer ses sauvegardes uniquement sur un serveur local est à plutôt dangereux.

Si votre entreprise fait l’objet d’une inondation, d’un incendie ou subit un cambriolage malgré toutes les précautions prises en terme de sécurité, ce sont des années de travail que vous risquez de perdre.

De plus, si ce serveur vous sert également au quotidien pour assurer le partage en interne comme à l’externe, vous l’exposez à des risques non négligeables : action involontaire, téléchargement de logiciels malveillants, etc. Vos sauvegardes s’en retrouvent ainsi menacées.

 

Conseil #3 : privilégier la sauvegarde automatique

Pensez-vous que l’administrateur système de votre entreprise voue une passion débordante à regarder des jauges de chargement durant des heures ? Nous ne pensons pas que ce soit une solution optimale tant en termes d’épanouissement pour lui, de « rendement » que de fiabilité. L’erreur humaine reste possible… Vous pouvez aujourd’hui faire confiance aux solutions logicielles permettant d’automatiser les opérations de sauvegarde et de restauration. À condition de choisir la bonne, parmi celles éprouvées et reconnues sur le marché (vous pouvez oublier celle développée par le neveu de votre cousin Willy !)

 

Conseil #4 : ne pas faire du tarif le premier critère de choix de votre fournisseur

Nous vous recommandons d’étudier quelques aspects plus techniques pour faire le choix du BON fournisseur :

  • la localisation des data center : optez pour un prestataire proche de votre entreprise. Vous pourrez ainsi visiter les locaux et/ou échanger directement avec l’hébergeur…
  • les engagements sécurité : soyez attentif aux mesures de protection mises en place pour les locaux des data center (accès badgé, caméras de surveillance, proximité d’une caserne de pompiers…). De plus, les modalités de cryptage sont un critère de sérieux et de professionnalisme. Enfin, la réplication des données (idéalement dans 3 endroits distincts) vous assurera une sécurité absolue quant à la pérennité de vos données
  • la disponibilité : qu’il s’agisse des équipes support ou de l’accès à vos données, misez sur un fournisseur offrant une haute disponibilité.

Petit conseil supplémentaire : un fournisseur de confiance doit répondre aux critères de la norme TIER III à minima.

 

Alors, si vous voulez éviter de faire capoter en beauté vos projets de sauvegarde, suivez tous ces « bons conseils »… Et n’hésitez pas à vous rapprocher si besoin est, de nos équipes réparties sur l’ensemble du territoire. TOTAL CLOUD, à votre service !

Pourquoi le backup de vos données est-il si stratégique ?

Pourquoi le backup de vos données est-il si stratégique ?

Non le backup (ou sauvegarde des données) n’est pas la panacée d’une bande de geeks qui inventent de nouveaux besoins et leurs solutions associées ! En effet, pour les plus « vieux » d’entre nous, souvenez-vous qu’à l’époque nous faisions déjà des sauvegardes sur de bonnes vieilles disquettes. Retrouvez à cet effet notre prochain article sur nos meilleurs conseils pour assurer la sauvegarde de vos données.

Bref, les technologies et pratiques autour du backup ont certes évolué, mais la sauvegarde doit rester un enjeu prioritaire pour les entreprises. Pourquoi ? Réponse dans cet article.

 

BackupVos données, votre patrimoine immatériel

Les infrastructures informatiques ont connu des évolutions majeures depuis l’ère de la disquette… Là où autrefois nous travaillions de manière individuelle sur des postes informatiques personnels, les entreprises ne peuvent plus aujourd’hui se passer d’un serveur, qu’il soit virtuel ou non. À ce sujet pour les plus novices d’entre vous, nous vous proposons à la lecture, un article dédié :  miser sur des serveurs virtuels, le renouveau de votre infrastructure informatique.

Nos modalités de travail tendent vers toujours plus de partage et de travail collaboratif, sur tous types de device, n’importe où et n’importe quand.

Des serveurs centraux permettent ainsi de stocker l’ensemble des documents créés par tout à chacun : rapports stratégiques, fichiers de travail, informations comptables… bref, un patrimoine immatériel précieux au travail de tous, dont la perte pourrait avoir des conséquences dramatiques.

 

backup donnéesbackup donnéesParce que le risque 0 n’existe pas…

Vous pouvez en effet vous heurter à deux types de défaillances pouvant amener à la destruction de ce patrimoine immatériel : matérielles et numériques.

Vous n’êtes pas à l’abri de mauvaises manipulations et d’erreurs humaines (suppression de documents, chute du matériel informatique…). Bien plus grave encore, vos locaux et donc vos supports de sauvegarde, papiers et matériels peuvent être victimes d’un incendie, d’une perte, d’un vol, ou encore d’une défaillance matérielle. Ainsi, vos documents qu’ils soient numériques ou physiques seraient définitivement perdus et irrécupérables. Disposer d’une copie de ces données hautement stratégiques est une sécurité indispensable.

Trop souvent sous-estimés, les risques numériques sont pourtant LE « cheval de troie » des infrastructures informatiques : shadow-it, absence de mises à jour logicielles, rançonning… Le risque est alors d’infester avec des virus et malwares en tous genres, les disques durs et de répandre l’infection au niveau de l’entreprise.

Pour rappel, que vous soyez au sein d’une société de 200 personnes, d’une PME ou encore d’une auto-entreprise, les données de vos clients doivent être ultra-protégées : toute entreprise est tenue de prendre toutes les précautions nécessaires pour préserver la sécurité des données et notamment empêcher qu’elles soient endommagées, déformées ou que des tiers non autorisés y aient accès (loi du 6 janvier 1978 renforcée récemment par la nouvelle réglementation européenne, depuis le 25 mai de cette année pour la RGPD).

Pour votre confort, votre tranquillité mais aussi pour rester compétitifs, vous devez donc miser sur un système de backup efficient.

 

intérêt backup De nouvelles modalités de backup

Les technologies de backup évoluent elles aussi avec les nouveaux usages et modalités de travail. L’avènement du Cloud a permis de démocratiser les technologies de backup en ligne (appelées aussi Cloud Computing) et d’offrir ainsi une assurance supplémentaire contre tout incident matériel et numérique. En effet, une sauvegarde immatérielle reste intacte.

D’un point de vue matériel, votre serveur de backup sera vraisemblablement externalisé au sein d’un data center, idéalement certifié à minima TIERS III. D’un point de vue logiciel, des applications telles que EMC Avamar permettent d’assurer rapidement la sauvegarde quotidienne et la restauration d’environnements virtuels, bureaux distants, applications d’entreprise, serveurs NAS et ordinateurs de bureau/portables. Point plus de détails ici ! Pour plus d’informations, nous vous invitons à prochainement lire notre article « nos meilleurs conseils pour assurer la sauvegarde de vos données ».

Oui les usages et les technologies de backup ont évolué ! Mais les enjeux de sauvegarde restent prégnants au sein de tous types d’entreprises. N’oubliez pas que 90% des entreprises qui subissent une perte de données importante ferment dans les 5 ans qui suivent…

 

Si vous vous sentez perdu dans cette jungle du backup, n’oubliez pas que des professionnels peuvent vous aider dans le choix de la solution la plus adaptée à vos besoins et à votre organisation… À bon entendeur !

Miser sur des serveurs virtuels : le renouveau de votre infrastructure informatique

Miser sur des serveurs virtuels : le renouveau de votre infrastructure informatique

serveurs virtuels

Êtes-vous bien sûr que votre bon vieux serveur protégé dans une pièce dédiée au sein votre entreprise, est encore la bonne solution pour permettre à vos collaborateurs de partager leurs ressources ?

Vous êtes très certainement rassuré d’avoir toutes vos données stratégiques sous la main. Mais sachez que votre serveur local peut présenter des failles de sécurité en tous genres et donc de grands risques de piratage s’il n’est pas administré correctement, avec un suivi de tous les instants. Vous vous exposez également à des coûts exponentiels liés aux licences logicielles ; bref, j’en passe et des meilleures…

Sautez donc le pas et misez sur l’avenir : des serveurs externalisés et plus spécifiquement, des serveurs virtuels

Avec l’avènement du Cloud et la démocratisation de l’accès à la fibre, de nombreux fournisseurs sont aujourd’hui à même de vous fournir des solutions de stockage virtuel fiables, ultra-sécurisées et « économiques ». Décryptage de ce que sont les serveurs virtuels et les avantages que vous pourriez en retirer.

Pour démarrer, sachez que l’utilisation moyenne des ressources physiques d’un serveur est estimée à hauteur de 15% de ses capacités. Ce qui signifie qu’un serveur n’exploite pas 85% de ses capacités informatiques. C’est donc là que la virtualisation entre en jeu.

Pour faire simple, la virtualisation c’est comme un covoiturage automobile. Plutôt que d’être 4 personnes dans 4 véhicules différents, un monospace avec 4 passagers sera mieux utilisé que 4 véhicules indépendants en terme de consommation globale donc de coûts, de puissance et d’encombrement autoroutier (ou encombrement d’espace). Pour revenir à des concepts plus « informatiques », considérons que la virtualisation soit ce fameux monospace : il permet de faire fonctionner plusieurs systèmes d’exploitation en même temps sur un seul serveur physique et donc d’optimiser l’espace, la consommation, la puissance ! Bref : on optimise les fameux 85% restants de ses capacités !

Au delà des économies réalisées sur la consommation des ressources physiques, l’optimisation du matériel utilisé et l’impact écologique, la virtualisation de serveur présente d’autres avantages non négligeables :

  • un service hébergé sur une machine virtuelle est moins soumis aux risques de pannes ou d’interruptions. Si un serveur physique est amené à s’arrêter, le redémarrage de la machine virtuelle sur un autre serveur se fait sans interruption de service et donc en toute transparence pour l’utilisateur final. Il est donc possible d’arrêter dès qu’on le souhaite un serveur physique sans interrompre les machines virtuelles hébergées dessus
  • la répartition de la charge de travail – consommation des ressources physiques et bande passante utilisée pour que les utilisateurs puissent accéder aux applications hébergées – est gérée de façon automatique entre les serveurs physiques
  • la centralisation de l’administration permet de gérer des parcs de machines virtuelles pouvant aller jusqu’à plusieurs milliers d’unités. Les outils de supervision offrent une vue précise et une capacité de réaction aux incidents en temps réel.

Les infrastructures proposées peuvent être petites, moyennes, grandes voire très grandes pour s’adapter aux différents besoins et ainsi les entreprises n’ont plus besoin d’investir dans leur propre matériel.

Miser sur des serveurs virtuels

Pour conclure, les avantages des serveurs virtuels sont substantiels. Même si la technologie est considérée comme relativement récente, elle est utilisée depuis plus de dix ans et a fait l’objet de nombreuses améliorations.

Au delà de la décision de faire la part belle à la virtualisation, il est indispensable de trouver LE bon prestataire, apte à fournir une continuité de service, une qualité de prestation et une expérience incontestable dans le domaine. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre article sur comment bien choisir son fournisseur de serveur virtuel.

Bien choisir son fournisseur de serveur virtuel

Bien choisir son fournisseur de serveur virtuel

Vous avez pris la décision de vous lancer dans le Cloud et de miser sur des serveurs virtuels. Excellente décision ! Cependant, selon un rapport publié par le spécialiste dans l’analyse stratégique de l’industrie des réseaux et des télécommunications Ovum, 1/4 des entreprises européennes ayant fait le choix du Cloud, ne sont pas satisfaites de leur fournisseur : mauvaises performances, manque de support personnalisé, etc.

Afin de vous aider dans le choix de votre fournisseur de serveur virtuel, voici quelques conseils pratiques et critères à bien prendre en considération.

Serveur virtuel

Critère #1 : la sécurité de vos données

datacenters en FranceLa sécurité est la clef de voûte du choix d’un bon prestataire pour la virtualisation de vos serveurs. Assurez-vous que l’accès aux datacenters exploités soient ultra-sécurisés, protégés et accessibles rapidement en cas d’interventions en urgence. De plus, un bon fournisseur doit assurer la redondance de vos données.

 

Critère #2 : la disponibilité

Votre futur prestataire doit être capable de s’engager quant à :

  • une haute disponibilité de vos données (répartition de charges entre plusieurs serveurs ou load balancing)
  • des backups rapides de restauration
  • des périodes de maintenance qui ne doivent aucunement impacter la continuité de service
  • un support technique dédié et disponible 7 jours sur 7, et 24 heures sur 24.

Critère #3 : la scalabilité

Votre offre de services doit évoluer en fonction de vos besoins actuels et futurs, en totale transparence quant aux coûts induits (augmentation de la capacité de stockage, amélioration de la RAM…).

Critère #4 : la qualité des matériels utilisés

datacentersQu’il s’agisse des composants informatiques (baies, serveurs, onduleurs, etc.), logiciels ou matériels (équipements des locaux), votre prestataire doit être à même de vous certifier de la qualité de l’ensemble des composantes des datacenters utilisés.

 

Critère #5 : l’autonomie

Vous pourriez également vouloir garder la main sur votre infrastructure et réaliser par vous même, des opérations de maintenance sans intervention de votre prestataire. Ce dernier se devra donc de mettre à votre disposition, des outils simples et intuitifs de supervision.

Critère #6 : l’expérience

Si votre fournisseur bénéficie d’une expérience avérée dans le domaine, c’est un premier gage de confiance. Renseignez-vous sur son ancienneté ainsi que sa structure financière pour ne pas risquer de le perdre en cours de route…
De plus, n’hésitez pas à vous pencher sur sa liste de clients. Faites le choix d’un prestataire qui connaît bien votre environnement de travail / votre typologie de structure / votre activité afin de bénéficier de conseils avisés et répondant à vos réels enjeux terrain. Vous pouvez, à ce titre, solliciter des retours d’expérience de certains de leurs clients.

Pour résumer, les prestataires de service à même de pouvoir répondre à l’ensemble des critères susnommés doivent être en conformité avec la norme Tiers 3.

Pour plus de confort et de sécurité, vous pouvez également envisager la solution d’un prestataire disposant de ses propres datacenters en France, localisés en toute proximité de ses équipes techniques.

Cloud Computing World Expo & Soluctions Datacenter Management – 21 & 22 MARS 2018 – PARIS

Cloud Computing World Expo & Soluctions Datacenter Management

9ème Edition de l’évènement incontournable du Cloud et des Datacenters

21 & 22 MARS 2018 – PARIS PORTE DE VERSAILLES

 

LES CONFÉRENCES

 Mercredi 21 mars 2018

 10h00 – 10h50 :  Le Cloud, puissant levier de la transformation digitale et stratégique des organisations (partie 1)
Quelles sont les meilleures stratégies pour capitaliser sur l’IoT, IA, Big Data, Analytics, le collaboratif ?
Qu’il s’agisse de Cloud privé et/ou public, le SI se transforme en profondeur pour répondre aux attentes « services à la demande » des métiers, avec une flexibilité croissante.

10h00 – 10h50 : Datacenters 2020 : des enjeux au maillage en construction

Quels centres de données faut-il construire pour servir les besoins de la prochaine décennie ? La connectivité des entreprises, l’IoT, les crypto-monnaies, le télétravail, les chatbots, la smart city ont des exigences distinctes. Ces applications peuvent favoriser l’implantation de nouveaux datacenters. A quoi ressemblera l’état de l’art de la décennie 2020 ? Quelles infrastructures peut-on anticiper, combiner, se préparer à piloter ? Des zones de surchauffe énergétique ou thermique sont-elles à craindre ? Quels sont les principaux facteurs de risques en Ile de France et en régions ? Quelles technologies émergentes pourront transformer le paysage actuel des datacenters et la distribution des traitements et des données numériques ?

 11h00 – 11h50 : Faire migrer l’IT ‘legacy’ (SI existant, historique) vers le Cloud : faisabilité et exécution

Une grande partie du SI d’entreprise est, en théorie, « migrable » sur le Cloud. Mais avec quelle approche, quelle méthodologie ? Dans quelle mesure les migrations vers le Cloud sont-elles automatisables ? Quels sont les points délicats à surveiller ?

 11h00 – 11h50 : DCOS, low code, multi-cloud : l’usine numérique gagne en agilité, stabilité et efficience

Flexibilité, résilience, intégration continue… Comment concilier ces objectifs apparemment opposés ? Quels sont les défis d’intégration en environnement cloud hybride ? Quelle automatisation retenir, où et comment ? Qu’est-ce que le low code et à qui s’adresse-t-il vraiment ? Le DCOS est-il l’ultime étape après les conteneurs applicatifs ?

 12h00 – 12h45 : Comment optimiser les coûts d’exploitation, rentabiliser et industrialiser la production IT

Tandis que le Software-Defined Datacenter s’apprête à chahuter les équipements en place et l’outillage d’administration, faut-il intégrer sans cesse de nouvelles technologies, fussent-elles à peine mûres ? Quand, comment investir pour préserver la marge et réduire le TCO ? L’orchestrateur de services devient-il une pièce maîtresse ? Comment l’adopter au mieux ? Suivi d’actifs, maintenance, arbitrages.

 12h00 – 12h50 Stratégie de développement ‘Cloud first’ : doit-on concevoir toutes les nouvelles applications sur le Cloud ? 
Les options sont à la fois techniques et financières. Les applications existantes – le ‘legacy’ – doivent être prises en compte, au moins pour l’interopérabilité. Comment lever les dernières contraintes qui limitent l’adoption du cloud ? Comment accompagner le nécessaire changement organisationnel et culturel ?

14h00 – 14h50 : Cloud et Intelligence artificielle : domaines d’usage et réalisations concrètes
Le Cloud se confirme comme étant une plateforme très pertinente pour l’Analytics, le prédictif et l’IA. Des applications sortent du lot.  Dans quels secteurs d’activité, pour quels métiers ?

Frédéric Charles, Directeur Stratégie, SUEZ Smart Solutions

 14h00 – 14h50 : La conformité ePrivacy / GDPR : des enjeux aux procédures et outils à adapter

Quel est l’impact des règlements européens sur la protection des données à caractère personnel ? Comment traduire les nouvelles règles en procédures concrètes ? Comment s’organiser dans l’entreprise ? Comment tracer les traitements sur les données à caractère personnel, préserver l’intégrité des données ? Quid des développements internes ? Pourquoi et comment adopter l’approche Privacy by Design ?  Comment concilier ces mesures avec la transparence et l’ouverture du S.I. ? Comment devenir conforme à l’échelle d’un datacenter mutualisé, multi-locataires?

 15h00-15h50 : Coûts cachés, coûts réels : le Cloud privé peut-il rivaliser avec le cloud public sur le plan financier ?  Quel est le bilan économique / ROI ?
Pour quelle masse critique ? La réalité du ROI du Cloud privé est relativement bien cernée. Sur le Cloud public, comment rester vigilant face aux augmentations tarifaires ? Y-a-t-il réellement des coûts cachés ?

 15h00 – 15h50 – Fibre optique : bâtir, tester, maintenir des interconnexions à très haut débit

Le nombre croissant de services cloud professionnels requiert une généralisation du très haut débit. Que va changer le plan THD du gouvernement dans les villes et dans les zones blanches ? L’installation et l’éclairage de fibres optiques est-elle réservée à quelques opérateurs seulement ? Comment la filière industrielle évolue-t’elle ? Quelles sont les formations et compétences recherchées ? Les investissements actuels sont-ils à la hauteur des enjeux et du maillage espéré ? Les réseaux 4G et 5G offrent-ils une alternative suffisante ? Quels sont les principaux défis à relever, du déploiement à la mise en œuvre, en passant par l’optimisation et l’exploitation

 16h00- 16h50 : Réversibilité des contrats Cloud : la réalité du terrain, vécue par les utilisateurs.

Le changement de ‘sourcing’ n’est pas un scénario théorique. Que faut-il exiger des ‘providers’ ? Peut-on pratiquer le multi-sourcing sur le Cloud ? Comment s’organiser ? Quelles sont les clauses importantes ?

 Jeudi 22 mars 2018

 10h00 – 10h50 : Table ronde 1bis : Le Cloud, puissant levier de la transformation digitale et stratégique des organisations (partie 2)
Quelles sont les meilleures stratégies pour capitaliser sur l’IoT, IA, Big Data, Analytics, le collaboratif ?
Qu’il s’agisse de Cloud privé et/ou public, le SI se transforme en profondeur pour répondre aux attentes « services à la demande » des métiers, avec une flexibilité croissante.

 10h00 – 10H50 – Capteurs connectés, ITSM, DCIM. L’IA au service du pilotage du datacenter

Intelligence Artificielle et objets connectés (IoT) entrent au service du datacenter. Pour quelle administration unifiée ? Comment optimiser les infrastructures et les superstructures simultanément ? Quelles opportunités offrent la consolidation des référentiels d’équipements, de traitements, de données, de prestataires, etc ? Quelles sont les limites de l’exercice ?

 11h00 – 11h50 : Réussir sa stratégie « multi-cloud » et Cloud hybride : Comment s’y retrouver et comment s’organiser ?

Ce qu’apportent les plateformes de gestion cloud (CMP) ou les solutions de gestion des opérations informatiques (ITOM). L’hybridation de l’IT devient-elle inéluctable ?

11h00 – 11h50 : Les métiers et bonnes pratiques du datacenter : expertises, talents recherchés

Les architectures et applications cloud conduiront plus d’une entreprise sur deux à mettre à jour leurs centres de données (55% selon IDC d’ici à la fin 2020). Quelles sont les attentes prioritaires, les métiers et compétences nécessaires à présent ? Va-t’on assister à une rationalisation des workloads, à une déferlante de micro-services et de réseaux définis par logiciels (SDN) ? Les micro-datacenters automatisées, en agences et en bordure de réseau, sont-ils en passe de se généraliser ? Comment et par qui seront-ils pilotés ?

 12h00 – 12h50 : Les Clouds « souverains » de 2ème génération s’affichent publiquement : quels sont leurs atouts différenciateurs ? Quel intérêt pour les entreprises ou organisations ? Jusqu’où faire confiance à un ‘provider’ hors Union Européenne même s’il possède des datacenters sur le territoire européen ? A quelles conditions contractuelles, tarifaires ?

Alain Merle, Directeur de Projet, DINSIC

12h00 – 12h45 – Protection, supervision et maintenance des serveurs et fermes de serveurs

Les garanties et contrats de maintenance des constructeurs face aux services managés du cloud et de la tierce maintenance. Faut-il consacrer une surveillance spécifique à certains actifs IT, et notamment aux clusters ?

14h00 – 14h50 : Conteneurisation, micro-services et succès des offres PaaS sur le Cloud : la nouvelle donne de la portabilité des développements. Comment composer et distribuer au mieux les nouveaux services ? Quels enjeux pour l’agilité des organisations dans le contexte IaaS et PaaS ?

 14h00 – 14h50 – Hyperconvergence et segmentation réseau, fondations du cloud computing

Les logiciels des serveurs tout-en-un sont-ils en train de devenir l’OS du cloud computing ? La scalabilité, l’élasticité et la simplicité d’administration sont-elles au rendez-vous ? L’approche muli-cloud devient-elle la norme ? Comment gouverner ses données et ses applications professionnelles dans un environnement composé de prestataires cloud aux socles d’infrastructures distincts ? Comment combiner l’agilité, l’efficacité, la montée en charge et la maîtrise des coûts à chaque instant ?

 15h00 – 15h50 : Cloud et transformation de la DSI : les métiers prennent le lead ? Quel nouveau partenariat avec les métiers ? 
Quelle gouvernance, quelle approche et quelles solutions pour établir de nouvelles relations ?
Plus grande réactivité, mise à disposition d’offres internes « à la demande » sur catalogue. Comment organiser le changement ? Quelles compétences sont requises ? Quels outils ?

16h00 – 16h50 : Cloud et qualité de service : la nécessité de suivre ressources consommées et service rendu.
Quels sont les outils de monitoring les plus pertinents ? Que proposent les acteurs du Cloud public ? Comment harmoniser la QoS dans un contexte multi-clouds ?

 

Pour plus d’informations ici   

Week-end victorieux pour les partenaires Total Cloud

Week-end victorieux pour les partenaires Total Cloud

 

D’un côté, les Brûleurs de Loups étaient à Rouen pour tenter de prendre l’avantage dans leur demi-finale de Ligue Magnus. De l’autre Renaud Malinconi rentrait en piste à Barcelone pour sa nouvelle saison du Championnat Européen de Proto Funyo F5.

 

LA VICTOIRE EN MANCHE 4 DES BDL

Après un samedi cauchemardesque à Rouen (défaite 7-2), les hockeyeurs grenoblois l’ont remporté 3 à 0 hier soir sur la glace de leur adversaire. Une performance de haut vol, avec une nouvelle prestation de grande classe de leur capitaine Éric Chouinard. Il est en effet auteur du hat trick victorieux ! Les grenoblois égalisent dans cette série et se relancent dans cette série magnifique.

 

Triple victoire pour Team TOTAL CLOUD et Renaud à Barcelona Catalunya !

Du côté sport automobile, Renaud Malinconi a marqué les esprits en ce début de saison. Le pilote Albigeois, poussé par sa nouvelle équipe, a réussi un coup parfait pour cette première manche du Championnat d’Europe. Il s’est en effet imposé sur les trois courses du week-end, prenant donc provisoirement la tête de son championnat ! Après des séances d’essais mitigées, handicapées par une avarie dans le circuit de freinage de sa nouvelle voiture, Renaud et toute son équipe ont su se dépasser pour réaliser trois courses d’exceptions !

Toute l’équipe de Total Cloud tient à féliciter ces sportifs pour ce superbe week-end. Nous leur souhaitons bonne chance pour la suite !

Crédits photo : Le Sport DauphinoisPhilippe Crouzet | Renaud MalinconiHugues Laroche

Sources : Le Sport Dauphinois | Renaud Malinconi

Total Cloud et Renaud Malinconi saison de F5

Total Cloud et Renaud Malinconi sont dans les starting blocks !!!

 

La saison de F5 commence samedi prochain sur le mythique circuit de Catalunya à Barcelonne. Renaud Malinconi sera à nouveau présent pour viser le titre Européen 2017. Il sera au volant de sa nouvelle voiture, fraichement sortie des ateliers du Lamo Racing Car au couleur de Total Cloud :

 

Team Total Cloud dans la grille de départ !

 

Un grand merci à l’ensemble des partenaires qui soutiennent Renaud dans son nouveau projet. Et surtout bonne chance à lui pour cette nouvelle saison!

N’hésitez pas à le suivre directement sur son site Internet.

Source :

Team Total Cloud présente la voiture 2017 de Renaud

Publié le 13 Mars 2017
Bonjour à tous,

Je vous en avait parlé il y a quelques jours, celle ci était en cours de finition, voici aujourd’hui la voiture du Team TOTAL CLOUD avec sa déco 2017 !
Fraichement sortie des ateliers du Lamo Racing Car qui en assurera le suivi technique et logistique tout au long de la saison.

J’espère quelle vous plaira, mais je peux vous dire que le rendu réel est superbe !

Voilà, nous sommes à moins de 5 jours de la course d’ouverture sur le circuit de Catalunya à Barcelone, les derniers réglages sont fait, les derniers boulons serrés…

Comme vous avez sans doute pu le voir je serai à nouveau engagé en F5avec en ligne de mire le titre Européen 2017.

Un grand merci à l’ensemble des partenaires, qui, une nouvelle fois, ont rendu possible ma participation à une nouvelle saison.

Je vous retrouve dans deux jours pour le preview de cette première course !

Gentlemen, Start your engines !!!!!!!!!!!!!!

Retrouvez Total Cloud sur Xbox One, PS4 et PC grâce à Renaud MALINCONI !

Retrouvez Total Cloud sur Xbox One, PS4 et PC grâce à Renaud MALINCONI !

Notre partenariat avec Renaud MALINCONI nous permet aujourd’hui d’être virtuellement présent sur la référence mondiale des jeux de pilotage, ASSETO CORSA !

Asseto Corsa, la simulation référence avec Renaud MALINCONI.

Grâce à notre partenariat avec Renaud MALINCONI, Total Cloud est visible dans Asseto Corsa, la référence des jeux vidéo de pilotage. Dans cette simulation exigeante, Renaud a eu l’immense privilège de voir sa voiture modélisée pour le jeu. En effet, des programmeurs de J3D MODDING ont recréé la Proto Funyo de Renaud. Ils ont mêmes poussé le niveau de détail jusqu’à intégrer les logos des partenaires du pilote, dont nous faisons partie. Preuve de la popularité du jeu, mais surtout de Renaud, la voiture a été téléchargé plus de 5000 fois en quelques heures !!

Si vous possédez cet excellent jeu, vous pouvez trouver la voiture en suivant ce lien. Si vous voulez suivre l’actualité de Renaud, retrouvez le sur son blog.

En bonus, vous pouvez voir ci-dessous le rendu de la voiture dans le jeu ! Un joueur tente de battre la voiture de Renaud. Réalisme et sensation sont au rendez-vous !

Les malwares d’attaquent pour Noël

Les malwares d’attaquent pour Noël

 

Ces fêtes de fin d’année sont riches en attaquent de malwares. Nous vous avions déjà parler des dangers de Cryptolocker. Malheureusement, il n’est pas le seul malware présente sur la toile. Quatre noms font beaucoup de bruit ces derniers temps : Stegano, Popcorn Time, Cerber et Locky.

Les entreprises françaises, cible des malwares.

Les entreprises françaises sont devenues une cible de choix pour les cybercriminels. En effet, d’après une étude de Vanson Bourne pour SentinelOne, 52% des entreprises françaises interrogées ont admis avoir subi une attaque les 12 derniers mois. Pendant cette période, ces entreprises auraient subi une moyenne 5 attaques. Dans le cas des ransomwares, d’après Trend micro, 50% des DSI payent la rançon. Les attaques ne devraient donc pas s’arrêter là…

Quelles sont les grandes menaces aujourd’hui.

Effectivement, depuis début octobre, 4 menaces font énormément parler d’elles. Stegano, Popcorn Time, Cerber et Locky sont 4 ransomwares. Ils sont énormément diffusés en cette fin d’année. Et ils touchent de plus en plus les entreprises. Enfin, leur mode opératoire de prédilections sont tous différents. Voici un petit aperçu de chacun :

  • Stegano est un spécialiste du fishing via des publicités malveillantes. Le malware se charge via un script caché dans quelque pixel de la bannière publicitaire, le rendant très difficilement identifiable. Une fois que la victime affiche l’annonce, le malware profite des vulnérabilités du navigateur et du système pour infecter la machine. D’après Eset, il aurait déjà infecté plus d’un million d’utilisateurs. D’où l’importance d’avoir ses logiciels à jours et de ne pas cliquer sur la première pub venue.
  • Popcorn Time est la dernière création vicieuse du moment. En plus d’avoir le nom d’un célèbre service de vidéo, celui-ci vous propose d’infecter vos proches ! Alors, une fois le malware bien installé sur votre machine, celui-ci vous propose deux solutions. Soit vous payer, soit vous pouvez envoyer un lien à deux de vos contacts pour les infecter. Ils se verront proposer le même chantage…
  • Cerbere est l’un des ransomwares les plus connu. Il revient au-devant de la scène car il se spécialise. Concrètement, sa dernière évolution lui permet de prendre pour cible les bases de données des entreprises. Il prend les devants sur la future cible direct des ransomwares, l’entreprise. La nécessité d’avoir une bonne sauvegarde devient vitale !
  • Locky est un ransomware qui cible le grand public. Mais il est un vrai danger pour les entreprises car son vecteur d’infection est FaceBook ! Dans les faits, le malware transite sous forme d’une image svg via la messagerie instantanée du célèbre réseau social. Ce type de fichier image est basé sur le langage xml. Ce qui permet au pirate d’intégrer un contenu, comme du Javascript. Vu le taux d’utilisation de Facebook sur le lieu de travail, le menace est de taille !

Aucune solution miracle en vue.

Comme nous vous l’avions dit dans un précédent billet, les solutions miracles n’existe pas. La sauvegarde de vos données sur un serveur externe reste la meilleure alternative en cas d’infection. Ces menaces sont de plus en plus présentes en ligne. Et comme le montre la mutation de l’un d’entre eux, les entreprises sont clairement la nouvelle cible !

N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez mettre en place des mesures pour protéger votre entreprise.

Protection des données : Où en êtes-vous

Protection des données : Où en êtes-vous

65 % des DSI s’attendent à ce que leur entreprise soit victime d’une fuite de données dans les 12 prochains mois. TOTAL CLOUD vous apporte les solutions.

 

Perte de données : 65 % des DSI s’attendent à ce que leur entreprise soit victime d’une grave fuite.

La plupart des organisations sont convaincues de la nécessité d’offrir les meilleures technologies à leurs utilisateurs pour stimuler leur productivité. Pourtant, nombreuses sont celles qui peinent à faire preuve d’agilité. Souvent à cause d’une vision de la sécurité dépassée et focalisée sur leurs systèmes internes. C’est pourquoi 65 % des DSI s’attendent à ce que leur entreprise soit victime d’une grave fuite de données. Sans doute une perte qui arrivera dans les 12 prochains mois. C’est ce que constate Okta. Ils viennent de dévoiler les résultats d’une enquête s’intéressant aux problématiques d’agilité, de productivité et de sécurité au sein d’entreprises britanniques, françaises, nordiques et néerlandaises. Les données ont été compilées à l’issue d’une enquête menée auprès de 300 DSI et RSSI. (source : infoDSI.com )

Quelles solutions pour protéger mes données ?

Ce constat met en avant les difficultés rencontrées par les entreprises pour s’adapter et faire évoluer leurs outils de sécurité informatique. Face à ces menaces diverses, la mise en place d’une stratégie de protection des données est une obligation. Mais la multiplication des solutions et des prestataires de services compliquent la mise en place d’actions rapides, concrètes et efficaces. Total Cloud vous propose de simplifier votre démarche et de vous accompagner dans la sécurisation de vos données informatiques. C’est le cas de nos solutions, complémentaires et modulables, prennent en compte l’intégralité de la chaîne informatique : réseaux, e-mail, backup… De surcroît, toutes nos solutions sont en mode cloud. Elles sont hébergées dans notre Data Center, construit sur la norme Tier III, à Grenoble.

Pourquoi choisir des solutions hébergés ?

Nos solutions hébergés vous permettrons de garantir la disponibilité de vos données. Que ce soit à cause d’un virus, un malware ou un vol, nos produits vous permettrons de continuer votre activité. En effet, en nous confiant votre infrastructure, nous avons la possibilité de dédupliquer vos informations. Par conséquent, si vous êtes victimes d’un incident, une copie exact de votre infrastructure avant incident prendra le relais. Et cela sans interruption de service !

CONTACTEZ-NOUS